Depuis trois ans maintenant le festival a initié une section intitulée « sportuaire ». Ainsi chaque année un sport est questionné au travers différents films, moments de partage et temps conviviaux.

Pour cette année particulière des JO c’est la pratique du skateboard que nous souhaitons mettre à l’honneur en travaillant en étroite collaboration avec le tissu sportif local. En effet, le skateboard a fait son entrée très récemment aux Jeux Olympiques, à Tokyo en 2020.

Ce fût une étape importante et étonnante pour ce sport urbain aux allures libertaires et contestataires, et il nous est apparu important d’interroger ce dernier via notre cœur de métier, le cinéma.

Sport photogénique par excellence, chargé d’une symbolique artistique et libertaire forte, a toujours fasciné les fous d’images, vidéastes et photographes, flaneur.euses des rues et amoureux.ses de l’architecture et des espaces urbains. Jouer, s’amuser dans les rues des villes portuaires n’est pas anodin, c’est un acte de rébellion, de contestation, une revanche poétique contre le contrôle productiviste et routinier de nos vies.

Concoctée par Émilie ROUGIER, championne de skate et surfeuse, la programmation de cette neuvième édition invite aux échanges avec la présence de plusieurs spécialistes et cinéastes.

Panorama de ce sport à travers des films, une séance plein air au skate-park, une exposition de photographies et enfin des temps plus festifs et conviviaux comme un concert et une installation participative dans le skate-park, une attention particulière sera également portée à la place des femmes dans ce sport.