Programmation 2019

De la Scandinavie au septentrion
Arpentons ensemble l’imaginaire et la réalité des grands ports du Grand Nord européen. Cette année, 5 pays invités, une région explorée : La Scandinavie, (Norvège, Suède, Danemark), mais aussi l’Europe la plus septentrionnale avec la Finlande et l’Islande !

Pourquoi explorer le grand nord européen ?
C’est un territoire vaste mais qui forme un tout que nous aurons a cœur d’explorer a travers des thématiques communes (transport/mobilité, écologie/environnement, société…) qui nous ont interpellés, inspirés et qui seront bien présentes et représentées dans la programmation cinématographique que nous allons proposer.

LES PROPOSITIONS CINEMATOGRAPHIQUES

Le cinéma scandinave : des grands maîtres au renouveau contemporain. Bien sûr, quand on évoque le cinéma scandinave on a a l’esprit deux monstres sacrés tutélaires. Il y a le danois Carl.T.Dreyer, dont les œuvres, pour certaines de l’ère du muet, (citons les sublimes Pages Arrachees au Livre de Satan et La Passion de Jeanne d’Arc, avec Antonin Artaud) d’autres bien plus tard a l’époque du parlant (Vampyr, Ordet, Gertrud, etc… ) sont toutes des chefs d’œuvre empreints d’une mystique chrétienne.

Et il y a bien sur le suédois Ingmar Bergman, inspiration des cinéastes européens et dont les œuvres métaphysiques, Le Septième Sceau, côtoient des œuvres introspectives Les Fraises sauvages et les chroniques familiales, Cris et Chuchotements, Fanny et Alexandre.

Les années 70/80 voient émerger quelques cinéastes singuliers emblématiques que sont le danois Lars Von Trier qu’on ne présente plus, le finlandais Aki Kaurismaki a la poésie acide, et sombre, ou le suédois Roy Andersson, a l’univers théâtral et surréaliste.

Le cinéma scandinave et islandais est de nouveau aujourd’hui en plein essor. Une nouvelle génération de cinéastes issus des écoles de cinéma scandinaves est née. Ces dernières années, sur la base d’un système de production propre a l’Europe du Nord, ces nouveaux talents développent une cinématographie riche de thématiques sociales, avec un goût prononcé pour la transgression. Un cinéma sans faux semblant, proche de la réalité, non sans une dose d’humour quand ce n’est pas avec une dureté parfois dérangeante. Au niveau culturel, les scandinaves sont ouverts d’esprit, bouleversant les codes habituels du cinéma jusqu’a créer les leurs.

Au-dela de cet humour typiquement nordique qui colore nombre de comédies ou de tragi-comédies, qui évoquent parfois l’humour noir des films américains des Frères Coen, on voit aussi apparaitre l’émergence, parallèlement au succès incroyable du polar littéraire nordique, d’une vraie tradition de cinéma policier parfois très grand public (la saga Millenium par exemple) ou au travers aussi de séries télévisées, très prisées des amateurs, parfois réalisées par d’authentiques réalisateurs de cinéma. Le cas le plus emblématique étant la série Pusher du réalisateur Nicolas Winding Refn, adulé par ailleurs dans tous les festivals internationaux.

Tous ces films, quel qu’en soit leur genre, exploitent les spécificités de leurs univers : l’immensité parfois inhospitalière des paysages, la rigueur du climat, l’isolement des personnages, meme parfois en ville… ce sont a la fois des ressorts esthétiques mais aussi scénaristiques notamment dans le polar… qui renforcent parfois l’absurdité des situations.

Il y a bien sûr ce qui nous concerne tout particulièrement l’activité maritime, omniprésente, et le monde de la mer et des fjords.