Jamais le dimanche

jamais-le-dimanche-60-01-gComédie dramatique de Jules Dassin • Grèce • 1960 • Couleur • 1h37 • VF
Avec Melina Mercouri, Jules Dassin, Titos Vandis….

Homère, touriste américain et « philosophe amateur », passionné par la Grèce ancienne et ses philosophes, arrive en Grèce à la recherche de la Vérité. Dans un bar à Rebetiko du Pirée, il croise la route d’Ilya, une prostituée très populaire, libre et indépendante, qui « reçoit » chaque jour de la semaine, sauf le dimanche…

 

Soirée Plein Air en partenariat avec la Maison de Quartier Méan Penhoet

maison de quartier méan

 

 

Biographie de Jules Dassin

dassin-jules-01-g

Le cinéaste américain Jules Dassin, décédé le 31 mars à Athènes à l’âge de 96 ans, a exploré en une vingtaine de films tous les genres, de la chronique sociale au film noir.

Né le 18 décembre 1911 à Middletown (Connecticut), il devient en 1936, après des études d’art dramatique en Europe, comédien au Yiddish Theater de New York, metteur en scène, puis auteur d’émissions dramatiques.
En 1941, il tourne son premier grand film, Agent Nazi. La Metro Goldwyn Mayer (MGM) lui confie alors plusieurs réalisations.
Il passe au film  » noir « , avec Brute Force, 1947, (les Démons de la liberté), et Naked City, 1948 (la Cité sans voile), qui l’impose définitivement parmi les meilleurs cinéastes du moment.
Lorsqu’il fixe à jamais en noir et blanc les rues new-yorkaises dans ‘La cité sans voiles‘ en 1948 qu’il obtient 2 Oscars, dont celui de la Meilleure photographie.

Militant communiste victime du maccarthysme, il quitte les Etats-Unis en 1950 et parcourt l’Europe. Il se fixe à Athènes en 1959 et y réalise sa première comédie, Jamais le dimanche.
Il en est également le scénariste et la vedette masculine, aux côtés de l’actrice Melina Mercouri, son épouse.

Il réalise ‘Les forbans de la nuit’, filmant les bas-fonds de Londres.
Fuyant à nouveau l’Angleterre à cause de ses idées politiques, il se réfugie en France et réalise ‘Du rirfifi chez les hommes’ en 1954. Cette années-là sera un grand cru pour Jules Dassin qui filme Athènes et sa femme, Melina Mercouri, dont la joie de vivre à la grecque colorie à elle seule le noir et blanc de la pellicule.
Nouveau succès 10 ans plus tard avec ‘Topkapi’, puis un film anti-raciste en 1968 ‘Uptight’, puis ‘Cri de femmes‘ en 1978.
Après ‘Circle of Two‘ en 1980, Jules Dassin se retire de la profession.